Agroécologie | Production

La forêt tropical sèche et l’expérimentation des buttes auto-fertiles

Ce mois de février a été animé par la création de buttes auto-fertiles par les élèves du centre éducatif. Les enjeux climatiques de la région de Sucre nous amènent à expérimenter de nouvelles formes de cultures innovantes.

L’école des jeunes pousses se trouve dans la chaîne montagneuse des Monts de Maria connue pour sa faune et sa flore endémique, à savoir la forêt tropicale sèche. Ses terres y sont relativement fertiles mais acides et ses virulents étés mettent à rude épreuve l’apport en eau.

Imagination et innovation sont au cœur du projet. 

C’est alors en Autriche que nous sommes allés nous inspirer et découvrir le concept de culture sur buttes de Sepp Holzer, les végétaux poussent sur un empilement de différentes couches de matériaux compostables. Cette technique améliore les qualités agronomiques d’un sol, comme la fertilité ou la rétention d’eau, surtout en milieu aride ou sur un sol de mauvaise qualité.

Le premier avantage de la création d’une butte est de rendre l’espace de culture pérenne et spatialement défini. L’apport initial massif de matière organique permet la formation d’humus et l’installation d’une faune du sol diversifiée.

 

La technique est censée reproduire le processus naturel de décomposition qui se produit dans les sols des forêts. Nos jeunes apprentis se sont alors équipés de pelles et de pioches pour creuser et enfouir troncs, branchages et feuilles mortes ramassés autour de l’école. Un seconde couche, cette fois, sciure et compost, offerte par la menuiserie voisine, y ont été ajoutées et recouvertes de terre.

 

C’est la salade qui a été choisie comme premier test, nous sommes tous en alerte et impatiemment de voir apparaître les premiers résultats de cette nouvelle aventure.

A lire également